Sur la vague écolo

La première compétition européenne de surf en autonomie énergétique démarre ce matin sur le spot de la Tortue à Saint-Leu. Jusqu’au 18 octobre, 80 compétiteurs âgés de 8 à 18 ans munis de leurs planches vont se jeter à l’eau. La Réunion, Maurice et l’Afrique du Sud seront représentés.

Un événement sportif placé sous le signe de l’écologie ! Le club de surf de Saint-Leu (SLSC) organise la première compétition européenne de surf en autonomie énergétique. Sport et développement durable sont les thèmes majeurs de la manifestation. “ On a voulu utiliser des énergies propres et sensibiliser les compétiteurs à la fragilité de notre écosystème ”, confie Jean-Bernard Phaure, président du SLSC.

Habituellement, on utilise un groupe électrogène sur la compétition. Cette fois, on a préféré trouver une alternative qui respecte plus l’environnement. On a rencontré un bureau d’études, le Laboratoire d’Ecologie Urbaine pour savoir comment faire”, expliquent les organisateurs qui ont présenté hier la fameuse remorque.

On a fait appel à un solariste NRJ-sol-R pour créer une installation supportant des panneaux photovoltaïques dépliables. Le tout devant être mobile ”, souligne Jean-Bernard Phaure.

L’engin qui a coûté autour de 14 000 €, servira pour l’alimentation électrique des infrastructures (sonorisation, réfrigérateurs, matériels de compétition…)

Energie solaire, mais pas seulement ! Un tri sélectif des déchets sera mis en place sur le site. Uniquement du papier recyclé sera utilisé. Un zonage précis et un balisage du site permettront d’identifier les endroits à protéger. Les toilettes sèches seront préférées aux toilettes à chasse d’eau… Des efforts verts !

Sud-Africains et Mauriciens invités

Dès aujourd’hui, les choses sérieuses commencent pour les 80 compétiteurs présents. Des Sud-Africains ont fait le déplacement.

C’est une excellente idée d’organiser ce genre de compétition. On est ravis de pouvoir y participer. C’est important d’échanger avec les autres pays ”, confie le vice-président de la Fédération de surf d’Afrique du Sud, Marc Hoffman.

Parmi les six surfeurs sud-africains, Beyrick de Vries, 15 ans qui vit à Umhlanga Rocks affiche un palmarès impressionnant et se présente comme l’un des favoris de la compétition. Sarah Baum, 14 ans de Durban et Tanika Hoffman, 16 ans de Cape Town devraient se montrer aussi redoutables.

Sept catégories de filles et garçons âgés de 8 à 18 ans s’affrontent jusqu’à Samedi. En individuel ou par équipe, chacun défendra sa place. Deux mauricien seront aussi de la partie.

C’est la première fois que je viens surfer à la Réunion. Je suis super content. C’est un bon moyen de rencontrer d’autres jeunes ”, confie Jérémy Chan, 20 ans originaire de Port Louis.

Moi j’étais ici l’année dernière. Je suis déjà venu quatre fois, je connais bien le spot de Saint-Leu. On est motivés, il y a du niveau ”, remarque Jean-Eric Jonathan, 20 ans, l’autre surfeur mauricien.

Parmis les leaders du circuit, les Réunionnais ont leur place. Maxime Huscenot, 16 ans, devrait porter haut les couleurs locales. Johanne Panzini (17 ans), Lucas Jannier (12 ans), Martin Jannier (15 ans) et Johanne Defay (14 ans) veulent eux aussi être au sommet des vagues. “ J’aime surfer, c’est ma passion. J’espère bien faire une performance. Les Sud-Africaines sont fortes, mais c’est motivant ”, raconte la jeune Johanne.

Lors de la compétition, les surfeurs pourront aussi découvrir les activités culturelles de la ville de Saint-Leu.

Des visites à la ferme Kélonia, au conservatoire botanique des Mascarins, au musée de Stella Matutina seront organisées ”, précise Fabrice Fridmann, directeur de compétition.

Propreté, respect de l’environnement, échanges culturels seront au menu de cette vague sportive.

Florence Labache

Source : Le Quotidien de la Réunion

Date de parution : 15 Octobre 2008

Voir l’article