A propos du projet

Année: 
2016
Type: 
QEB
Paysage
Réunion
Opération: 
Locaux ESIROI + extension IUT
Site: 
Saint-Pierre
Programme: 
Construction des locaux de l'ESIROI + Extension de l'IUT
Montant des travaux: 
10 000 000 €
Surface du terrain: 
5000m²
Mission: 
Maîtrise d'oeuvre
Maître d'ouvrage: 
Université de la Réunion
Equipe de maîtrise d'oeuvre: 

2APMR / APA (architecte mandataire)

Laboratoire d'Ecologie Urbaine (qualité environnementale du bâti + paysage)

INSET Sud (fluide)

A3 Structures (structure)

Créateur (VRD)

Delhom acoustique (acoustique)

La disposition en peigne, rythmée par les pignons des barres d’enseignement de l’ESIROI et de l’IUT, l’organisation le long de l’allée existante depuis l’IUT, le traitement architectural distinct des deux pôles, donnent une lisibilité immédiate de l’ensemble depuis le campus. Cette lisibilité est complétée par la création d’un espace unitaire protégé sous une large canopée tropicale, véritable lieu de vie, campus de l’ESIROI, pendant de l’espace couvert de l’IUT.

Les accès aux deux entités sont clairement identifiés, regroupés sur la façade Ouest, ils s’ouvrent sur le mail du campus, au traitement paysager renforcé. Les accès auto se font depuis le parking, organisés en prolongement du parking étudiant existant depuis l’accès routier historique Sud de l’IUT. De là, les piétons débouchent par l’escalier
du mail dans la canopée et rejoignent les entrées des deux établissements.

Le regroupement par bâtiment et niveaux des différentes fonctions, la desserte par coursives détachées des façades, le positionnement stratégique de l’amphithéâtre, le choix de localisation des locaux climatisés, et ceux devant admettre des charges d’exploitation importantes au niveau bas, facilement accessibles, la création de deux  entrées distinctes assure une excellente fonctionnalité.

La construction au maximum des hauteurs autorisées et l’optimisation de l’occupation du socle, permettent de proposer un projet compact, laissant libre en grande partie la bande est du terrain le long de la ravine fortement en pente. Le projet s’articule autour des deux pôles par un lieu de vie protégé des intempéries et du soleil, traversé par la liaison piétonne CROUS, futur média center et école de médecine, décrite dans les OAP de la ZAC. Cette liaison contrôlée est autonome des deux établissements et peut fonctionner hors ouverture de l’ensemble, tout en passant sous la canopée tropicale, lieu de vie essentiel au campus.

Le site présente un signal vent puissant et bien défini, l’objectif est de proposer une organisation bâtie et une architecture aéraulique interne développant le maximum de potentialité de ventilation naturelle pour le confort thermique des occupants.

Note : Rappelons que le développement naturel de ‘’courants d’air ‘’ sur les occupants dans les espaces et couches de vie, avec des vitesses de balayage de 0.5 m/s à 1.5 m/s, (échanges accélérés en convection forcée entre le corps humain et son environnement extérieur), conduisent à une sensation de température effective ressentie par le corps de 4°C inférieure à celle de l’ambiance thermique physique. Précisons qu’il faudra moduler par pilotage les admissions et extractions d’air pour que les courants d’air induits ne dépassent pas (évènement de pointe) 2.5m/s, cette valeur étant le seuil du début de gêne pour les activités de type bureau.
En hiver l’exposition du site (V> 6,5m/s pendant 15% de la période diurne) peut induire des gênes. Il faut par conséquent que l’organisation du bâti permette une relative protection aux vents dans les espaces intermédiaires et ouverts tout en autorisant leurs irrigations les périodes d’été. Cette contrainte climatique est notamment liée à la volonté de garder pour certains espaces ouverts des perspectives visuelles tournées vers l’Est et le Sud Est.

Note : Rappelons que l’efficacité d’une architecture climatique est dépendante de sa gestion et suppose par conséquent une appropriation de ses occupants :

- Les ouvrants sont à ouvertures progressives (0 à 80%) pour des raisons de pluie (ou d’alerte cyclonique), pour se protéger de conditions de vent trop fort, mais aussi pour le réglage optimisé du confort thermique.

- La ventilation naturelle de nuit (-4°C minimum par rapport au jour en saison chaude) doit être systématiquement considérée pour décharger les masses thermiques et permettre par inertie le lendemain matin le rayonnement frais.
- La mise en fonctionnement de la ventilation naturelle traversante des pièces ne sera déclenchée (ouvertures des jalousies, baies, etc.) que lorsque la température intérieure dépassera 27 °C (thermomètre).
La stratégie climatique du Projet repose sur un ensemble d’actions complémentaires aérodynamiques et aérauliques développées dans les paragraphes qui suivent.

Leu Réunion

Les architectes

        

Nous contacter

SARL Leu Réunion 

139, rue François Isautier

97410 Saint-Pierre

Tél : 02 62 91 11 28

mail : secretariat@leureunion.fr

Notre agence en Calédonie

Laboratoire d'Ecologie Urbaine Calédonie

21 rue G. Mourin
Parc d'entreprise Yahoue
BP 2963
98846 Nouméa
Tél : 73 64 06
mail : leu@nautile.nc